La véritable mort n’est pas celle du corps,

La véritable mort, ne plus voir la beauté

La fleur vient me rappeler, au beau milieu d’un tas de fumier, elle peut pousser,

Elle ignore ce qui l’entoure,

Elle prend, elle capte, elle va à l’apogée de sa vie,

Là où est sa beauté, Au beau milieu d’un moment sombre, entrevoir un sourire,

Recevoir la carte d’un ami aimé,

Rire un instant, Se chauffer le visage sous le soleil d’hiver,

Pouvoir aimer…la fleur, ma fleur, me souffle tout cela,

Je la vois, si belle, je caresse son pétale,

Elle me murmure de sa voix mêlée de vent et de douceur,

« Tais toi, regarde Où seulement est la beauté… »

Ô ma fleur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :